Les dieux sont tombés sur la tête ! Comment peut-on commettre autant d’erreurs, dire et faire le tout et son contraire, affirmer l’opposé de la vérité et entretenir une cacophonie digne du banquet d’Astérix ? On finirait par rire de ces gags permanents, si la dégradation du climat économique et social n’en résultait… L’opposition ne sait plus quoi dire, lasse de tirer sur les ambulances. Le gouvernement est tellement impuissant que c’est contagieux, et nos athlètes de la primaire de demander avec inquiétude quand on les croise : « Et vous voyez les choses comment, vous ? » Atterrés par la situation qu’on va leur laisser ; forcément, vous y croyez, vous ? Un changement de majorité, et hop ! Les manifs s’arrêtent, la CGT fait amende honorable, les occupants de la place de la République plient bagage et balaient avant de partir, les trains sourient, les raffineries ronronnent… Sur le papier, ils ont tout bon, demandez le programme ! Mais après, comment s’y prendre ? Comment faire comprendre ? Enthousiasmer le pays ? Manager, diriger, transformer… Eux qui ne connaissent même pas le quotidien d’un chef d’entreprise, eux qui ne maîtrisent pas des administrations en autogestion, interprétant lois et décrets ? Il faut certes un chef qui donne un sens à la réforme de la France, mais aussi un sacré chef… d’entreprise ! Avec le pragmatisme et le bon sens qui vont avec.